Facebook, Microsoft, Twitter et YouTube s’unissent pour la lutte contre le terrorisme et comptent créer une base de données partagée de contenu « propagande de terrorisme ».

Les mastodontes des réseaux sociaux travaillent ensemble pour créer une base de données de photos et de vidéos utilisées pour le recrutement et la propagande terroriste. Cette base de données partagée identifie les images via une empreinte digitale unique et facilitera l’identification et la suppression de ces contenus des plateformes.

Dans un billet blog joint (une première!), Facebook, Microsoft, Twitter et YouTube annoncent que « il n’y a pas de place pour le contenu qui favorise le terrorisme sur nos services. Une fois alertés, nous prenons des mesures rapides contre ce type de contenus conformément à nos politiques respectives».
A noter que cette technique de détection a déjà fait ses preuves dans le cadre de la lutte contre la pornographie juvénile et s’étend au-delà des réseaux sociaux en scannant les comptes Gmail pour les contenus pédophiles.

Les réseaux sociaux ont été critiqués cette année pour avoir fait trop peu pour empêcher leurs plateformes d’être utilisées pour répandre la propagande terroriste. Sous la pression de l’Union européenne, les compagnies ont accepté la suppression des contenus dans les 24 heures s’ils sont qualifiés de discours haineux ou de propagande.

Fluide Social
à propos de l'auteur

Site d'information consacré à l'actualité des réseaux sociaux.

Articles similaires

Snapchat fait énormément parler de lui ces temps-ci. Alors qu’il est au cœur d’une controverse, la...

Après iOS et Amazon Fire, l’application -ô combien controversée- Messenger Kids débarque sur les...

Aie Aie Aie ! Les choses se corsent chez Snapchat. Malgré un bilan trimestriel positif, le réseau...

Laisser une réponse