Il semblerait que le documentaire « The Social Dilemma » n’ait pas laissé Facebook indifférent. Ce dernier, ne nous a pas habitués à répondre aux attaques faites à son encontre, alors pourquoi répond-il au documentaire de Netflix ?

Le programme en question est très critique envers les réseaux sociaux. Mais sa cible principale est clairement Facebook. D’ailleurs, la majorité des témoins ont travaillé pour le réseau social et le citent ouvertement pour illustrer leurs exemples.

Les attaquent qu’essuie Facebook dans ce documentaire ne sont pas nouvelles pour la plupart, et en général la plateforme soutient les attaques à son encontre ou les ignore. Exception faite cette fois-ci, car si vous vous rappelez le documentaire se termine sur un conseil que tous les experts semblent partager : « Désactivez vos comptes sociaux, ou au moins, désactivez les notifications ! ». Malheur !

En effet, un rapport réalisé en Angleterre soutient que beaucoup d’utilisateurs ont ou comptent désactiver leurs comptes Facebook et Instagram. Suite à cela l’entreprise a ressenti le besoin de publier un document de 7 points pour répondre aux attaques.

Parmi les réponses on retrouve naturellement le bien-être des utilisateurs et les efforts fournis dans ce sens. Les utilisateurs en tant que « produit »en soi, l’utilisation des données personnelles et enfin la désinformation.

Des réponses oui mais des réponses à la « Facebook »

Si les réponses de l’entreprise sont concises et reprennent essentiellement le discours officiel habituel, le fait de ressentir le besoin de les émettre est en soi surprenant. Au risque de déclencher un effet Streisand, Facebook a décidé de prendre la parole, et ça mérite de creuser.

En prêtant attention aux réponses faites par l’entreprise, on réalise qu’au lieu d’y répondre, elle ne fait que contourner le problème et répondre à côté. Par exemple, sur le deuxième point concernant l’utilisateur /produit, Facebook dit qu’en aucun cas les données personnelles sont vendues ou partagées avec les annonceurs. Soit, mais elles sont bel et bien utilisées pour vendre de la pub à ces mêmes annonceurs, ce qui revient au même.

Idem pour le point concernant l’ingérence dans les élections américaines. Facebook a fourni pas mal d’effort pour empêcher la reproduction du scénario de 2016, mais l’existence du risque que cela puisse se reproduire est une problématique en soi.  Et cela s’applique aux 7 points abordés.

Alors cette réponse vient-elle après des désactivations de masses ou Facebook joue un jeu pour détourner l’attention de quelque chose de plus dérangeant ? On le saura peut-être un jour.

Fluide Social
à propos de l'auteur

Site d'information consacré à l'actualité des réseaux sociaux.

Articles similaires

Aujourd’hui Instagram est bien loin de la plateforme de partage de photos qu’il était il y a dix...

Dix ans déjà ya djadkoum ! Dji zon que vous voyez des gens (bien) plus gaulés que vous, prendre...

La première étape de la fusion vient tout juste d’être officialisée ! Après plusieurs tests,...

Laisser une réponse